Passivhaus pour le tertiaire

Les enjeux de l’économie d’énergie ne sont pas les mêmes pour le tertiaire et l’habitation, c’est une question d’usage et d’échelle. Cependant, concevoir passif est bénéfique pour l’un comme pour l’autre.

Pour le tertiaire, une conception passive permet d’augmenter le confort de travail sans autre artifice que l’architecture bioclimatique du bâtiment.

La température constante, l’isolation phonique, la qualité de l’air intérieur et la luminosité des pièces au Sud sont des avantages intrinsèques à la conception bioclimatique.

De plus, la charge que représente l’entretien du bâtiment est très nettement amoindrie : d’une part, une construction de qualité est synonyme de tranquilité et de longévité. D’autre part, il n’y a que peu de maintenance (systèmes de chauffage et de climatisations très réduits).

Choisir un bâtiment certifié Passivhaus est un très bon investissement car il anticipe les obligations futures liées à la transition énergétique en marche.

Enfin, la rentabilité de l’investissement n’est plus à prouver. La conception nécessairement poussée dans les détails permet d’affiner les coûts et les risques du projet avant toute autre démarche administrative. Les faibles émissions de CO2 des bâtiments passifs peuvent permettre de répondre aux obligations de responsabilité sociale et environnementale.

En outre, des financements européens sont prévus pour les Maîtres d’Ouvrage optant pour des projets exemplaires en matière d’efficacité énergétique.

Au final, avec tous ces avantages, on oublierait presque l’intérêt majeur que représente pour le tertiaire la baisse drastique des charges de fonctionnement et par la même occasion, la maîtrise de ces charges sur la vie du bâtiment.

Voir le projet

par Vincent KEMPF – Concepteur Passivhaus
Agence KMO / Europassive®