« La plus haute tour passive du monde s’élèvera en 2017 sur l’île Roosevelt (située entre Manhattan et le Queens »

Le passif a fait une arrivée officielle et en fanfare à New York cette année, sous deux formes. La première, c’est le rapport de préconisation du maire de Manhattan, Bill de Blasio, qui souhaite baisser les émissions de CO2 de la ville grâce à la construction passive ; la deuxième, c’est le chantier de la plus haute tour au monde qui vient de démarrer à New York, sur l’île Roosevelt.

Mais pourquoi le passif, connu en Europe depuis 25 ans, a mis si longtemps à conquérir l’Amérique ? Pourquoi le passif a-t-il le vent en poupe aujourd’hui à New York ? Et qu’en est-il pour le reste du continent Nord-Américain ?

 

En savoir plus